Le blog de JEAN-PAUL CUIR

Dans ma maison d’amour en cuir

Publicités

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Brandon Vian said, on avril 29, 2010 at 12:20

    Jouissif ce Köeln Concert par Gilbert Jarret et Pierre Scott Heron !

    Merci mon Cuir DAmour

  2. jeanpaulcuir said, on avril 29, 2010 at 9:25

    Merci Brandon

    Quand j’aurai quarante ans, si on m’laisse le temps
    Je veux qu’ ma maison soit pleine, comme toujours,
    De bruits, de musique, de calme, de déraison et puis, et puis, et puis d’amour
    Qu’il y ait des bons buveurs, des bons musiciens, enfin des poètes, quoi
    Des gens qu’ont quelque chose à dire et qu’ont pas la grosse tête
    Ceux…ceux avec qui j’ai fait, du temps des pique-assiettes,
    Des baisemains perfides sur les mains indiscrètes
    Des vieilles jeunes du seizième qui m’ faisaient venir
    Pour quelques sous, faire le fou dans leur luxe
    Mais avec la promesse un jour d’intervenir
    Auprès d’un vieux ministre qui connaitrait Guy Lux

    J’aimerais qu’il y ait des gens qui aiment les enfants, les chiens,
    Les oiseaux, des gens qui aiment la vie
    Mmm, mmm, Tou tou tou delé…

    Dans ma maison d’amour
    Dans ma maison d’amour

    Et puis, quand j’aurai cinquante ans, si on m’laisse le temps,
    Si j’ suis comme toujours dans cette maison d’amour,
    J’aimerais que mes enfants, s’ils n’ont pas fichu l’camp,
    Connaissent les vieux chacals, les requins, les loups de mer
    Avec qui j’ suis tombé dans toutes les galères
    Toutes les embuscades de Saint-Germain-des-prés
    Quand on sortait des boîtes complètement beurrés
    Hé hé hé ! Hé oui
    Hé ben, j’ vous dis qu’à cinquante ans je l’ ferai encore !
    Je suis sûr qu’un matin on nous foutra dehors
    Parce que d’une boîte de nuit on fera la fermeture
    Et qu’on ira pisser sur les roues des voitures

    Ah, imagine, toi soixante-dix ans, moi soixante-quinze
    Quatre heures du matin, dans la salle de bains
    Toi, essayant d’arranger ces petites rides mignonnes
    Et moi, négligemment appuyé dans mon boxer-short
    J’te dirai « Tu sais qu’ je t’aime »

    Dans ma maison, dans ma maison, dans ma maison d’amour
    Mmm…

    Et puis quand j’aurai tant et tant, et tant et tant, si on me laisse le temps
    Que mes copains viendront sur leur fauteuil roulant
    Le comparer au mien avec un p’tit sourire
    Et bien là, nous parlerons d’ l’avenir, eh oui
    Et puis, pas d’ rides, pas d’ lunettes, pas d’ fauteuil, pas d’ canne
    Même que nous danserons encore sur le nouveau Dylan !
    Puis j’ veux qu’on boive un coup et qu’on chante des rengaines
    Et puis que nos enfants se moquent de nos bedaines
    Puis j’ veux que nos femmes, nos femmes nous fassent encore le coup
    De l’amour-amitié, du baiser dans le cou
    Avant que les huissiers, ces chacals, survolent comme des vautours
    Notre maison, fermons à double tour
    J’aimerais, cette nuit, pour attendre le jour
    Qu’on ferme encore les yeux et qu’on fasse l’amour…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :